images/logo-ulpi%202.jpg

Pour la sauvegarde de notre environnement
Union Langladoise de Prévention Incendie

Acccueil

Actualité

L'ULPI aujourd'hui

Calendrier des chantiers

Album photos

AG 2008
AG 2009
AG 2010
AG 2011
AG 2012
AG 2013
AG 2014
AG 2015
AG 2016
AG 2017
AG 2018
AG 2019

Arrêtés préfectoraux

Charte Mairie-ULPI

Coupures combustible

Dossiers aux élus

Articles de presse

Météo Langlade

Contactez-nous


Demandes d'autorisations


Assemblée Générale 2018
                                           


Compte-rendu de l’Assemblée Générale

du jeudidi 3 octobre 2018


 

Après décompte des personnes présentes et des procurations, le quorum est atteint et la séance est ouverte, présidée par le Bureau de l’Association.

Lors de son introduction, le Président Michel DELAY a remercié monsieur Alain VIALA adjoint délégué à la Sécurité lequel représentait monsieur le maire. Il excuse monsieur le maire Gaëtan PREVOTEAU ainsi que monsieur Denis LLORCA premier adjoint.

Puis, suite au départ de l’incendie du 02 juillet dernier (quartier Draille Sud), une dizaine de photos ont été projetées. Le Président a commenté et analysé l’origine de ce sinistre, maîtrisé par les pompiers. La propagation de cet incendie aurait pu être beaucoup plus importante sans un débroussaillage par l’ULPI au mois d’avril de cette même année. Après cette introduction, il a donné la parole aux délégués pour la présentation des rapports d’activités et financier 2017-2018.

 

1)       Rapport d’activités

1-1) Chantiers réalisés lors de la campagne 2017-2018 : présenté par le vice Président Daniel BLIN

11 chantiers de débroussaillement ont été réalisés pendant cette période, 10 en week-end et 1 en semaine. Deux matinées ont du être annulées pour cause de pluie. A noter que suite à la longue période de sécheresse (un arrêté préfectoral a prolongé l’interdiction de bruler jusqu’à décembre 2017), l’élimination des végétaux a été fortement perturbée et retardée.

 1-2) Surveillance et vigilance : présenté par Patrick Porcheron.

Comme les années précédentes entre le 15 juin  et le 15 septembre des vigilances journalières et des rondes ont été faites par de nombreux volontaires, en complément du dispositif départemental de surveillance incendie. Notre action a pour but avant tout de marquer notre présence sur le périmètre sensible de Langlade afin de dissuader et donner l’alerte rapidement. Patrick Porcheron insiste sur les difficultés rencontrées pour « recruter » des volontaires : été très chaud, chemins difficiles d’accès etc…

 

2)       Rapport financier (bilan 2018) présenté par le Trésorier Patrick PORCHERON

-   Le nombre de cotisants (116) en 2018 est en légère diminution (123 en 2017). Les dons sont aussi en légère baisse.

-   Les recettes (3294 €) sont conformes aux prévisions.

-   Pour les dépenses (3200 €) on observe un léger dépassement pour ce qui concerne les dépenses d’entretien du matériel.

-   Investissement : remplacement d’une débroussailleuse à main.

 

Les prévisions budgétaires ont été respectées.

3)        Rapport matériel présenté par le Trésorier Patrick PORCHERON.


           

Hormis la débroussailleuse autotractée « Pubert » qui date de 1997, le matériel a moins de 8 ans.

Globalement, le matériel mécanique est récent. Il est régulièrement révisé et entretenu.

Une débroussailleuse à main a été remplacée en 2018.

A cette liste s’ajoutent différents petits matériels et accessoires de sécurité y compris une pharmacie révisée régulièrement.

                                                                      

                                                                                                                                                                                                                                            

               

4)       Rapport moral : présenté par le Président Michel DELAY

Voilà 10 ans à quelques jours près que dans cette même salle notre association prenait son deuxième souffle.

- La relance de notre association, ce réveil en fanfare, avait pour origine la mise en œuvre des contrôles mal préparés, aussi intenses qu’absurdes. Mais aussi, l’application d’un arrêté mal adapté aux riverains des espaces boisés des zones à risque de Langlade.

- Ce rappel d’obligations a réveillé la conscience collective et, pour l’U.L.P.I, la nécessité de mettre en place et de s’engager dans un dispositif de prévention d’ensemble sur la commune.

- Il est à noter qu’un an auparavant dans la discrétion la plus absolue avait été adopté le P.P.R.I.F. (Plan de Prévention des Risques Incendie de Forêt), Plan qui définit les zones à risque de la commune, avec le rappel d’un certain nombre d’obligations pour l’habitant. Il définit aussi et surtout les mises en conformité obligatoires dans le temps pour la commune (bornes d’incendies, création de pistes D.F.C.I, création de coupe-feu, débroussaillage de part et d’autres des voies communales, aires de retournement etc.).

- A notre demande une étude de faisabilité a été réalisée. Elle portait sur des travaux nécessaires de protection incendie, conforme au P.P.R.I.F. et autour du village. Elle met en œuvre les obligations du P.P.R.I.F en matière de coupe-feu, de pistes D.F.C.I. à créer et la nécessité de réaliser le débroussaillement en continu sur 50 mètres voire 100 mètres de large à la périphérie des zones d’habitation. Cette étude appelée interface forêt-habitat dans l’esprit des protagonistes, au-delà de l’aspect opérationnel, est un support  de demande de subventions. Cette perspective est combattue par la D.D.T.M. (Direction Départementale des Territoires et de la Mer) considérant que ces travaux s’imposent aux seuls O.D.D. (Obligataires De Débroussaillement) selon les arrêtés en cours, dont acte.

- Le P.P.R.I.F. est concrétisé par l’étude Interface forêt-habitat, nos actions sur le terrain, les chantiers de débroussaillement, la surveillance incendie et la sensibilisation. Cette adéquation évidente est selon nous le dispositif de prévention des incendies et de protection de notre environnement indispensable pour notre commune.

- A l’U.L.P.I., (malgré l’importance de la tâche) depuis notre relance en 2008, nous avons relevé le défi et nous nous inscrivons totalement dans ce dispositif.

- A ce jour, mis bout à bout, tous les travaux réalisés :

* par les riverains eux-mêmes ou en faisant intervenir des entreprises,

* par la commune dans le cadre de ses obligations ou ponctuellement en réponse à des demandes,

* par tous les chantiers que l’U.L.P.I. réalisés en assurant aussi l’entretien de l’interface forêt-habitat de Langlade,

L’ensemble de ces travaux assure la quasi-totalité et en continu un coupe-feu autour des zones à risque du village.

- Je crois que nous pouvons être fiers de ce travail, de la continuité et de la persévérance dans l’action, fiers de notre engagement pour concrétiser la mise en œuvre d’un tel objectif.

- Je suis fier d’être président d’une telle association. Au nom de l’U.L.PI. je suis heureux de pouvoir remercier ici tous les acteurs de cette magnifique réalisation. Vous tous ici présents militants fidèles, participant aux chantiers pour la plupart, mais aussi  tous les adhérents qui par leur adhésion et leur nombre nous soutiennent. Merci à la mairie qui nous reconnaît comme interlocuteur et nous soutient par sa subvention, mais aussi par des aides ponctuelles (interventions tractopelle, camion, épareuse, gyrobroyeur etc.). Merci aussi à un certain nombre de riverains qui contribuent ou ont contribué grandement à la réalisation et l’entretien de l’interface forêt-habitat.

Nous avons décidé de les citer à notre assemblée générale :

- au puits neuf : Monsieur VIARD,

- au Cabanis : Monsieur THOUROUDE qui a fait faire l’abattage d’arbres, l’enlèvement et le débroussaillage par des entreprises de travaux public,

- aux Comminques : Monsieur COUVRAND qui aidé d’un ami a fait de nombreux abattage d’arbres et débroussaillé sur les 2 côtés de sa parcelle un espace conséquent,

- au coupe-feu sud : Monsieur CHER qui débroussaille en permanence autour de chez lui et du voisin jusqu’à la piste D.F.C.I. et une partie du coupe-feu en face de chez lui,

- les Combes : Monsieur LASALLE et son voisin entretiennent en permanence. Son voisin a abattu et évacué de nombreux arbres,

- le Saillis : Messieurs PEDRENO et ROSTAIN ont fait abattre des arbres et débroussailler mécaniquement autour de leurs caves,

- la Coste : Monsieur COLETTO à lui tout seul a débroussaillé et abattu des arbres ; Il entretient une surface de 2 à 3 hectares. Certes il est en dehors de la zone constructible mais il contribue tout de même à la protection de l’environnement, au nord-est et sur la partie haute de la Coste.

- D’autres sur des surfaces plus restreintes que je n’ai pas cité y contribuent  ponctuellement avec ou sans l’U.L.P.I.

- La commune bien entendu après l’abattage d’arbres l’an passé a prévu pour la fin de l’année un gros chantier de débroussaillage autour du stade et la forêt communale du Coin du Loup au Moulin à Vent,  soit environ 5 hectares. C’est une réalisation qui apportera plus de sécurité autour du stade et aux riverains du vieux village. Notons aussi :

* la pose de 3 nouvelles bornes d’incendie,

* en ce moment le débroussaillage avec l’épareuse du coupe-feu arboré sud, au Cabanis liaison avec la piste du haut de la forêt communale. 

BRAVO et merci à tous.

Mais nous devons aussi noter quelques points de résistance auxquels nous sommes confrontés où la localisation, la surface et l’implication des personnes  rendent difficile voire impossible le débroussaillage pour assurer la continuité du coupe-feu :

- La Coste : forte opposition de 2 riverains qui ne débroussaillent pas et ne souhaitent pas que l’on intervienne à proximité de chez eux, au prétexte qu’il y aura du passage, des circulations de moto et vélo, que les gens vont voir chez eux et que ça favorisera les vols. Nous avions pu faire malgré tout 2 chantiers les années passées pour accéder aux chantiers futurs  proches du lotissement de la Coste (pour accéder au chemin de  Caveirac), et depuis tout est bloqué.

- Très Patas / Bois sans Feuilles : zone totalement impénétrable. Ce riverain ne veut rien entendre.

- Draille Nord et Sud : à l’exception d’un riverain, les habitants de Nages riverains des zones à risque ne se sentent pas concernés pour prendre en charge leurs 50 mètres de débroussaillement au-delà de ce que doit faire la commune (10 m de part et d’autre de la voirie).

- Enfin Vigne Croze : lotissement Portes du Soleil : l’aménageur a été contacté par courrier lui rappelant ses obligations. A ce jour pas de suite ….

Il reste bien entendu la commune. Ce n’est pas un fait de blocage au même titre que les précédents, mais malgré tout un point sensible qu’il ne faut pas oublier : l’entretien et le débroussaillage 10 mètres de part et d’autre des voies de circulation.

Sans oublier bien sûr les obligations du P.P.R.I.F. que je rappelle ici :

* au nord est : création d’une piste D.F.C.I. de la Coste au chemin de Caveirac avec un coupe-feu arboré de 100 mètres de large.

* au sud : élargissement à 100 mètres d’une partie du coupe-feu arboré.

* au nord : débroussaillage sur 100 mètres de large en bordure de la forêt communale.

* pose de plusieurs bornes d’incendie.

* mise en conformité des bornes d’incendie (4000 €).

Je dois malgré tout dire - à la décharge de l’équipe municipale - que d’une façon générale, ces 3 dernières années nous avons constaté de nombreuses avancées :

* la création de plusieurs bornes d’incendie,

* l’entretien de la forêt communale que nous demandons depuis longtemps avec le tour du stade. C’est une réalisation importante pour le village et l’utilisation du complexe sportif.

En ce qui concerne l’association, nous avons une bonne écoute. Un vrai partenariat s’est établi, notamment pour des réalisations sur le terrain de plus en plus nombreuses (malgré les problèmes de matériels) chantier de débroussaillement  avec épareuse, travaux tractopelle, camion etc.

Nous connaissons l’implication du maire et de son adjoint Monsieur VIALA concernant la sécurité et son action au sein du S.I.V.U. des Garrigues, la mise aux normes des pistes D.F.C.I. sur notre territoire en est un exemple.

En ce qui concerne les points du P.P.R.I.F. que je viens de citer comme « reste à faire », nous savons que l’administration n’est pas coopérative pour aider la commune à réaliser les travaux, que ce soit sur le plan technique, tracé de la  piste D.F.C.I. La Coste, que sur le plan juridique, déclaration d’utilité publique, ou pour des aides financières et accords de subventions.

Ceci est très regrettable. Si vous souhaitez notre soutien, vous l’avez totalement et nous sommes disponibles pour répondre à toute concertation pour soutenir l’avancée et la réalisation de ces projets.

Cet inventaire des avancées, des engagements, des points de blocage, des « restes à faire » ne serait pas complet et le panorama de l’état du dispositif de prévention incendie sur la commune serait faux si on ne notait pas principalement quatre gros points de résistance à l’intérieur de la zone constructible. En conscience, notre responsabilité associative dans le dispositif de prévention ne peut pas les ignorer. L’obligation n’est-elle pas pour tous ? Il s’agit des poches très localisées non ou partiellement débroussaillées de surfaces importantes autour de 5 à 10000 m2 constructibles voire plus à :

- Très patas / bois sans feuille : une  propriété,

 - Bois sans feuilles / Draille Sud : deux propriétés,

- le Cabanis : une  propriété,

- le village : 3 propriétés,

- et quelques autres propriétaires (sous réserve de vérification des zones du P.P.R.I.F et des parcelles cadastrales).

Au cours de ces dix dernières années malgré plusieurs campagnes d’information, de sensibilisation (tracts, articles de presse, expositions etc.) de contacts, les courriers de relances de notre part et les courriers officiels du préfet et du maire rappelant la nécessité des opérations de prévention sont restés lettres mortes.

Il est de notre devoir de mettre en évidence la réalité d’une telle situation dans le dispositif de prévention générale de la commune.

Pour tous les propriétaires de ces parcelles qui sont des zones à risques, points de blocage du dispositif de prévention à l’extérieur comme à l’intérieur du périmètre constructible, nous demandons solennellement à monsieur le Maire, d’agir auprès de ces propriétaires, en leur rappelant les obligations qui s’imposent à tout citoyen : engager des travaux d’entretien  ou d’urbanisation sur leur propriété, (par exemple lotissements du Bois sans Feuilles et de Vigne Croze). Ces travaux devront s’exécuter dans le cadre d’un délai raisonnable et daté.

L’exigence de notre intervention se justifie par le fait que la végétation se développe et évolue constamment. Elle ferme les espaces qui deviennent  inaccessibles et cette végétation est une réserve de combustible dangereuse pour le voisinage immédiat.

 

En conclusion :

Je dirai que nous pouvons être fiers d’avoir contribué à concrétiser une grosse partie du plan de prévention incendie  pour la commune. Notre investissement dans la réalisation et la maintenance de l’interface forêt-habitat en est la preuve incontestable visible sur le terrain. Cependant nous devons rester vigilants et mobilisés pour l’avenir :

- compte tenu de l’importance physique et qualitative du dispositif de prévention, de sa nécessité, de son maintien et de son développement nécessaire,

- compte tenu des réalités associatives (reconnaissance, motivations effectif etc…).

Les grandes interrogations restent. Il y aura lieu de trouver des solutions appropriées au gré des évènements que je peux résumer autour de 6 points :

1) sensibiliser les habitants à la problématique du feu et à la préservation de notre environnement,

2) assurer la réalisation des chantiers de débroussaillement de l’interface forêt-habitat,

3) assurer la surveillance incendie adaptée à notre commune,

4) trouver rapidement les moyens nécessaires et la volonté politique pour réaliser les obligations du P.P.R.I.F. que j’ai cité précédemment,

5) réaliser le développement et l’entretien de l’interface forêt-habitat,

6) trouver le support juridique et les moyens pour assurer la pérennité de ce dispositif indispensable à Langlade et sa particularité citoyenne.

Les réponses à ce questionnement sont-elles dans un arrêté d’obligations de débroussaillage ou bien dans une prise en compte collective de notre environnement, de sa protection et de sa mise en valeur ?

Pour nous à l’U.L.P.I. cela ne fait aucun doute. La réponse est collective. Il s’agit de l’intérêt général.

Cet environnement paysagé et forestier est offert à tous quelle que soit notre implication dans la commune, quel que soit notre lieu d’habitation. Nous en bénéficions pleinement.

5)       Vote des rapport

Les rapports d’activités et le rapport moral, sont  votés à l’unanimité et sans remarque par le public présent.

6)       Election des membres au comité de Direction

12 personnes sont élues ou réélues au Comité de Direction : BOURGOIN Hélène, BOUZANQUET Mireille, BRUNELIERE Camille, ALLA J. Louis (*), BLIN Daniel (*), DELAY Michel (*),  DEVESA Gérard, HERAULT Philippe, LAPEYRE Robert, MONFORTE Alain, PASCAL Alain, PORCHERON Patrick.

(*) : ces 3 personnes démissionnaires au titre des 1/3 renouvelable, se sont représentées.

Monsieur GOLDZSTEIN J. Pierre est démissionnaire pour raison de santé.

Le Comité de Direction se réunira le 11 octobre 2018 à 20h30 pour procéder à l’élection des membres du bureau, fixer les dates des prochains chantiers et débattre de divers points.

7)       Projet de chantiers 2018/2019  présenté par le vice Président Daniel BLIN

10 chantiers (dont 1 en semaine) ont été proposés à l’assemblée. Le premier chantier programmé se tiendra au quartier de Vigne Croze (au niveau des caves) les 27 et 28 octobre prochains. Voir calendrier de la prochaine campagne dans l'onglet "Calendrier des chantiers".

8)       Orientations budgétaires 2019 présenté par le Trésorier Patrick PORCHERON

-   On table sur un budget prévisionnel « recette » sensiblement équivalent à l’exercice 2018.

-   Le budget « entretien » est revu à la hausse.

-   Investissements : le non réalisé en 2018 est reprogrammé pour 2019.

-   Le budget global sera à l’équilibre.

-   La cotisation de base est maintenue à 10 €.

9)       Conclusion

Le Président reprend la parole en rappelant la problématique et les difficultés rencontrées pour assurer les rondes de surveillance. Il insiste sur l’importance de conserver un dispositif de vigilance incendie dont la mise en œuvre reste à définir.

Puis, il lève la séance en remerciant les personnes présentes à l’Assemblée pour leurs remarques et interventions constructives. Les participants sont invités à partager le verre de l’amitié.

 

 

 


 

 

 

Le Président                                                                                                        Le Secrétaire

                            Michel DELAY                                                                                                  Alain MONFORTE

 



Extrait des statuts. But : Renforcer les mesures existantes en matière de prévention et de protection contre les incendies en initiant et réalisant toutes actions jugées utiles. D'une manière génèrale, proposer et réaliser tous projets visant à sauvegarder et embellir notre cadre de vie. L' association s'interdit toute intervention à caractère politique ou religieux.